Archives d’un auteur

« Les bons gouts » : nouvel ouvrage sur la cuisine péi de Hubert Haillot

Hebergeur d'image

L’unique phare de l’île enfin ouvert aux visites …

Hebergeur d'image

Infos et réservations :
Office de Tourisme Intercommunal du Nord de la Réunion
Antenne de Saint Denis :
Maison Carrère – 14, rue de Paris 97400 Saint-Denis
Tél. : 0262 41 83 00
Fax : 0262 73 16 01
Antenne de Sainte Suzanne
18, rue du Phare 97441 Sainte-Suzanne
Tél. : 0262 52 13 54

L’Association S.O.S SOLITUDE recrute des bénévoles écoutants

Hebergeur d'image

L’association SOS Solitude, a reçu quelques 18.707 appels en 2015, et manque de personnes volontaires pour écouter les appelants en difficulté…

Elle lance un appel aux bénévoles qui voudraient bien prêter quelques heures de leurs vies pour écouter les autres.

Tendre l’oreille est une mission parfois compliquée, qui nécessite une formation.

Vous serez formez, accompagnés, encadrés pour apprendre à écouter

Lors de cette rencontre il vous sera diffusé en avant première le film « l’écoute une aventure » (26 min) de Carole Roussoupolos, suivi d’un échange sur le fonctionnemement du dispositif d’écoute de SOS Solitude

Contact : Frédérique 0692 69 66 05 ou sossol974@gmail.com

Roman réunionnais : « Le doute » de Michèle GOETTMAN

Hebergeur d'image

En dédicace
LIBRAIRIE GERARD
Samedi 9 AVRIL dès 15h30

Michèle GOETTMANN
Format 14 x 21 cm 208 pages – broché
« Le doute » est un roman psychologique qui se laisse lire comme un roman policier. L’histoire est imprégnée
de la culture de l’Alsace protestante.
Dans un style précis et léger, l’auteur y raconte le basculement d’un monde après le meurtre d’une jeune  fille sans
histoire.
Le lecteur se laisse entraîner dans le cheminement personnel du père de la victime au coeur de sa quête
spirituelle et de ses doutes. Les autres personnages bien campés et l’accusé presque en filligrane, interpellent
le lecteur. Le doute serait-il la clé de la sagesse ?

Pour son deuxième, Roman l’ancienne directrice de la Banque d’Affaires de la CEPAC Réunion, rend ici hommage
à son Alsace natale.

Reprise des enseignements du vénérable bouddhiste Sangpo

Bonjour à tous,

En mars les enseignements de vénérable Sangpo reprennent à

- La Capitainerie de St Pierre
- Au centre de Samsara de Bras Panon

Ainsi les dates du mois de mars sont modifiées :

Mardi 01/03/16 La Saline de 18h30 à 20h30
Jeudi 03/03/16 St Denis de 19h à 21h
Mercredi 16/03/16 Samsara de 18h à 20h
Jeudi 17/03/16 St Denis de 19h à 21h
Mercredi 23/03/16 Tampon de 20h à 22h
Jeudi 24/03/16 St Pierre Capitainerie de 18h30 à 20h30

toutes les infos complémentaires en cliquant sur L’AGENDA

Réjouissons-nous !

Nous pouvons nous réjouir que le centre Gyeltsabje a pu faire 1000 offrandes de Tsog pour la célébration de longue vie à Lama Zopa Rinpoché pour le 13 mars à Singapour. Vénérable Sangpo et quelques membres de Gyeltsabje seront présents à Singapour à cette occasion.

Les mantras de Kshitigharba continuent, pour ceux et celles qui y participent veuillez lire les dernières bonnes nouvelles à ce sujet par ce lien.

A noter dans vos agendas

Wesak sera célébré le samedi 21 mai à la saline les bains collégialement par plusieurs associations bouddhistes de l’île. Plus d’infos dans les semaines à venir.
Vénérable Sangpo est invité en juillet par le Centre Kalachakra de Paris pour diriger deux retraites.

Retraite sur le Calme Mental.
Retraite sur la Voie Graduée vers l’Eveil.
Infos et réservation si vous vous voulez y participer via ce lien

Surtout venez sur L’AGENDA du site de Gyeltsabje pour toutes les infos !

Portez-vous bien,
L’équipe de Gyeltsabje

Manger plus sainement …

Le journal New York Times a annoncé le dimanche 8 novembre 2015 qu’un « séisme » se produit dans les habitudes alimentaires des gens [1].

Les ventes de soda ont diminué de 25 % par personne depuis 1998, principalement remplacées par de l’eau.

Les ventes de jus d’orange se sont écroulées de 45 % sur la même période. Longtemps présenté comme une composante essentielle d’un petit-déjeuner sain, les gens ont maintenant compris que le jus d’orange est une bombe à sucre qui n’a rien de diététique.

Les ventes de céréales du petit-déjeuner, riches en sucre également, ont baissé de 25 % depuis 2000, remplacées par le yaourt et le müesli.

Les repas surgelés ont baissé de 12 % entre 2007 et 2013. Le chiffre d’affaires moyen des restaurants McDonald’s est parti dans une spirale à la baisse depuis trois ans.

Ces chiffres concernent les consommateurs américains. Mais on sait que la tendance est la même des deux côtés de l’Atlantique.

L’industrie agro-alimentaire tremble et va être obligée de se réformer si elle ne veut pas disparaître
Selon une enquête récente, 42 % des jeunes consommateurs entre 20 et 37 ans ont perdu confiance dans les grandes firmes agro-alimentaires, contre seulement 18 % dans le reste de la population.

Les produits industriels, emballés, longue conservation, sont devenus synonymes pour beaucoup de malbouffe, sucres ajoutés, graisses cuites de mauvaise qualité, additifs en tout genre.

Il était temps !

Le résultat est que les grandes firmes agro-alimentaires sont obligées de réformer leurs pratiques pour survivre :

« Le seul espoir de survie des grandes firmes agro-alimentaires historiques est de faire des changements audacieux dans les produits qui sont leur cœur de marché. Elles vont devoir réduire fortement leur teneur en sucre ; vendre des produits locaux et bios ; intégrer dans leurs produits plus de légumes, fruits et aliments sains ; créer de nouveaux produits frais. », selon l’article du New York Times.

Déjà, le résultat de ce changement de mentalité des consommateurs a des conséquences visibles dans les supermarchés. Ils sont obligés d’agrandir leurs rayons de produits frais, dont les ventes ont augmenté de 30 % depuis 2009. La consommation de légumes et fruits crus a augmenté de 10 % ces cinq dernières années. (la suite ci-dessous)

Aliments bio vendus sans emballage plastique
Le 4 novembre 2015 a ouvert à Paris le premier magasin où 100 % des produits sont biologiques et vendus en vrac, donc sans emballage [2].

Il s’agit du magasin Biocoop 21, 14 rue du Château d’Eau dans le Xe arrondissement de Paris.

On y trouve 250 références dont bien sûr les fruits et légumes frais, les légumes secs comme les haricots rouges, lentilles, quinoa, mais aussi du miel, yaourt, huile vierge, thé, café (à moudre sur place), vin ou même liquide vaisselle.

Les consommateurs sont invités à venir avec leur propres bocaux, sacs et paniers. L’avantage du vrac est que cela permet de prendre uniquement la quantité souhaitée pour ainsi éviter la surconsommation. Les produits sont visibles. Ils ne sont pas représentés par une photo alléchante mais trompeuse sur l’emballage. Cela évite les achats d’impulsion savamment favorisés par les experts en « packaging ». Le vrac permet de réduire les déchets. Enfin, les produits coûtent en moyenne 15 à 20 % moins cher, à qualité égale.

Hausse des surfaces agricoles bio
La hausse de la demande en produits bio entraîne une hausse des surfaces agricoles qui y sont consacrées : +101 % en France entre 2007 et 2014, avec une tendance à la hausse qui se maintient.

Source : Chiffres de la bio en France en 2014
Et le phénomène se traduit même dans les statistiques de santé : aux Etats-Unis, la hausse de l’obésité et du diabète qui paraissait inexorable s’est arrêtée.

La quantité de calories consommées quotidiennement par les enfants a baissé de 9 % depuis 2003 [3]. Le taux d’obésité parmi eux a reculé de 43 % en dix ans [4].

Nous avons gagné une bataille, pas la guerre
Il serait toutefois prématuré de crier victoire. Nous avons gagné une bataille, pas la guerre.

Personnellement, je reste effrayé à la vue de ce que les gens mettent sur le tapis roulant, à la caisse, les rares fois où je me rends dans un supermarché.

Tandis que je sors œufs bio, ail, chou, poireaux, olives, sardines, féta, vinaigre de cidre, salade, pommes, amandes et chocolat noir, je vois autour de moi des caddies remplis de sacs multicolores de biscuits apéritifs, de bonbons, de yaourts aux fruits, de canettes en tout genre, de frites et pizzas surgelées et de pâtes à tartiner.

Sans doute les gens consomment-ils plus de produits frais et bio qu’il y a dix ans. Mais nous revenons de loin, de très loin.

Chaque fois j’ai envie de les inviter à partager un repas avec moi. Pour qu’ils se rendent compte, de leurs propres yeux, qu’il est tellement agréable de manger des produits simples et entiers. Que ce n’est pas plus cher, tout aussi rapide, tellement moins écœurant et meilleur pour la santé.

Mais trop d’idées reçues sur la nourriture continuent à polluer les esprits. D’ailleurs, même parmi les personnes qui cherchent à bien faire, le résultat est souvent mitigé, pour ne pas dire plus.

Les décennies de matraquage ont laissé des traces
Les décennies de matraquage publicitaire ont laissé des traces. Je citais ci-dessus les personnes qui croient mieux manger parce qu’elles prennent du yaourt et du muesli à la place de leurs Frosties, Smacks, Miel Pops ou Choco Pops.

C’est un pas dans la bonne direction, mais un petit pas.

Dans le muesli et le yaourt il y a encore trop de glucides, pas assez de protéines, pas assez de bonnes graisses ni de vitamines et oligo-éléments.

C’est pareil pour les snacks : on croit bien faire parce qu’on abandonne les Mars et les Snickers au profit de barres de céréales bio.

Malheureusement, les barres de céréales, tout bio qu’elles soient, restent encore des bombes à sucre. Elles se composent de céréales grillées, soufflées, souvent liées ensemble par du sirop : leur « index glycémique » est maximum.

Le « bon » snack, c’est la poignée de noix, noisettes, amandes, la pomme, ou quelques olives, ou même le demi-avocat avec un peu de jus de citron, voire l’œuf dur !

Mais s’il vous-plait, pas de barre de céréales sucrées !

Combien de temps faudra-t-il encore pour faire passer ces idées toutes simples chez la majorité des consommateurs ?

Dix ans ? Vingt ans ? Nos lettres d’information sont si peu diffusées… elles ne sont lues que par une toute petite élite, les gens les plus cultivés, les plus engagés, je dirais presque ceux qui en ont le moins besoin !

Comment aider les autres ? Je n’ai pas de solution miracle. Santé Nature Innovation est gratuit, je ne sais que faire de plus. Faut-il envisager de payer les gens pour qu’ils nous lisent ? Je pousse volontairement le trait. Dans ce cas, encore faudrait-il que le gouvernement nous subventionne, mais ça ne risque pas d’arriver.

Alors que faire ?


Le meilleur moyen d’accélérer les choses serait que, déjà, chacun de vous en parle un peu autour de lui, suggère à ses amis de s’inscrire gratuitement aussi.

Car ne vous y trompez pas : en faisant cela, vous aidez les autres, vous nous aidez, mais vous vous aidez aussi vous-même.

Cela ne se voit pas encore de façon claire ; mais à force de progresser, de changer nos habitudes alimentaires, nous allons obliger collectivement des pans entiers de l’industrie agro-alimentaire à se réformer.

Le mouvement a déjà commencé. Collectivement, notre contribution au bien public, à l’avenir même des générations futures, peut être immense et salvateur.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis
lettre gratuite sur demande « santé Nature Innovation »

livre pour NOEL : zistoir tikok

Hebergeur d'image

Pour un avenir plus solidaire…

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

NOUS SOMMES UNIS

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

À l’heure où nous écrivons ces lignes, nous sommes encore sous le choc des attentats terribles du 13 novembre et leurs conséquences, qui ont coûté la vie à au moins 129 personnes et en ont blessé des centaines d’autres. Notre compassion et notre soutien vont aux victimes, à leurs familles et à leurs proches.

Les idéologues qui ont commandité les attentats de Paris l’ont clairement écrit : l’objectif des attaques est de créer un climat de terreur, et par cette terreur, de fragiliser notre société en nous divisant, et en favorisant la montée des extrémismes et des communautarismes.

Le risque pour notre société est de se mettre à douter d’elle-même, de ses valeurs, mais aussi de ses différentes composantes, de celles et ceux qui seraient « différents », de par leur culture, leur origine, leur religion… Notre défi est aujourd’hui d’éviter de tomber dans le piège de la division et de s’y enliser.

Comment, malgré la violence, continuer à se battre pour un monde plus juste, en luttant contre les inégalités et en promouvant le vivre ensemble ?

Aujourd’hui, les organisations partenaires avec lesquelles nous travaillons dans le monde entier témoignent de leur solidarité au travers de messages que nous vous proposons de découvrir. Nous sommes d’autant plus touchés que ces organisations sont elles-mêmes très souvent victimes de cette violence. En tant qu’association de solidarité internationale, nous avons la chance d’être témoins chaque jour de leur force, de leur énergie toujours renouvelée, et de leur résilience. C’est ensemble que nous devons chercher et construire des réponses.

Nous allons continuer à travailler avec elles pour mettre en avant des actions qui donnent de l’espoir et qui font sens. Avec elles, nous allons continuer à interpeller les autorités pour construire un monde plus juste, respectueux des droits humains et du droit international.

Contrairement aux terroristes ou aux partisans du repli sur soi, nous croyons que notre monde a un avenir. Il mérite que nous nous battions pour lui, que nous cessions de le détruire et que nous construisions un réel vivre ensemble. Aussi je vous invite à dire avec nous « nous sommes unis » et à signer, si vous le souhaitez, l’appel à la fraternité #NousSommesUnis.

Guy AURENCHE
Président du CCFD-Terre Solidaire

Catégories
Archives