Archive pour la catégorie ‘Actualités’

Qu’espérer de la Cop 21 sur le climat à Marrakesh ?

Hebergeur d'image

Nouveau lieu de rencontre avec les « auteurs » d’ouvrages

Hebergeur d'image

Personnes âgées : un devenir en grand danger …

PERSONNES AGEES : un DEVENIR EN GRAND DANGER…

Nous savons tous que les finances de la France sont en grande difficulté sans doute parce que nous avons un système social à l’avant garde des pays européens. Il semble toutefois

que ce système social soit insuffisant et mal réparti entre les différentes branches de la sécurité sociale.

En effet, L’argent consacré par l’Etat et les Départements au financement des maisons de retraite publiques et de la dépendance est bien loin de suivre les besoins qu’il faudrait y consacrer compte tenu d’une espérance de vie en forte progression et d’une dépendance en constante augmentation.

Alors que le tarif moyen d’accès s’élève à 1800€ minimum à la charge du client-ce qui rend déjà l’accès à ces maisons de retraite inaccessible à 90 % d’entre nous- l’Etat, les départements et les communes se désengagent de plus en plus financièrement des dernières maisons de retraite publiques en activité.

C’est une aubaine pour le privé et en particulier les grands groupes qui s’empressent de les racheter en grand nombre. C’est que pour eux, il s’agit d’une affaire juteuse… Il y a « de l’argent à se faire » en rentabilisant au maximum ces structures d’avenir vu l’augmentation constante de l’espérance de vie, à la grande satisfaction des actionnaires.

Les conséquences en sont désastreuses pour les résidents :

augmentation de leur coût d’hébergement, réduction drastique du personnel et donc de la qualité des soins et de l’accompagnement, construction de préfabriqués pour réduire toujours plus les frais de fonctionnement, etc… Au point qu’aujourd’hui, le résident est presque

mieux accompagné -par un personnel soignant moins stressé par des contraintes de rentabilité- dans le public que dans le privé. Ce qui est tout de même un comble quand on sait que le coût d’accès aux structures privées peut s’élever jusqu’ à 6000€ mensuels.

Un accès aux maisons de retraite se limitant de plus en plus à des gens fortunés, une qualité d’accompagnement et de soins au quotidien en nette régression, voilà ce qui nous attend dans nos vieux jours… d’autant qu’on ne voit plus émerger de terre- à la Réunion comme ailleurs- des structures publiques d’accueil : tout est « confié » financièrement au privé : l’existant comme les objectifs de construction.

Et n’oublions jamais que ce qui est dépensé par la collectivité quand nous confions nos « vieux » à ces structures sera défalqué dans la mesure du possible sur l’héritage des enfants au décès de ceux-ci à la grande surprise des intéressés… D’où tout « l’intérêt » pour ceux-ci, surtout s’ils appartiennent à la classe moyenne de garder leurs « vieux » avec eux dans leur logement.

Alors, quelles solutions nous reste t’il ? L’hébergement en famille d’accueil, s’il est plus familial et donc plus convivial reste coûteux-même si celui-ci est moindre- autant pour la collectivité que pour l’intéressé …

D’où le maintien à domicile prôné par ceux qui nous dirigent. Si celui-ci est plébiscité par les personnes âgées elles-mêmes, il n’en est pas moins source de difficultés.

En effet, très rapidement, nos « vieux » ont besoin d’être accompagnés dans leurs besoins quotidiens : ménage, cuisine, vaisselle, courses … On fait alors appel à des « auxiliaires de vie », moins coûteuses que des structures en bonne et due forme. (Même si on sait mieux que quiconque à la Réunion, ce qu’il est advenu au personnel de l’ARAST…) Celles-ci font de leur mieux malgré un travail de plus stressant compte tenu de la pression « d’efficacité » et de « rentabilité » exercée par leurs employeurs qui les soumet souvent à un rythme trépidant qui ne peut que se traduire par une dégradation de la qualité de l’accompagnement au détriment des personnes âgées, encore une fois.

Au niveau de l’accompagnement affectif, rien est bien-sûr prévu et ne le sera jamais d’ailleurs, l’accompagnement institutionnel se limitant aux soins et aux besoins primaires. On oublie dès lors la grande solitude vécue de plus en plus douloureusement par nos Anciens au fur et à mesure de leur entrée dans la dépendance et de l’approche de leur fin de vie. Notre association  » Respa-seul » est à ce niveau de plus en plus sollicitée par des personnes âgées en souffrance qui nous font régulièrement des « appels au secours » nous implorant au téléphone de leur « trouver » quelqu’un pour leur rendre une petite visite hebdomadaire ou leur proposer une petite sortie pour échapper aux 4 murs qui constituent leur quotidien avec la radio et la TV en continu comme seule alternative. La dépression, l’incapacité à dormir, et même les tentatives de suicide, comme le refuge dans l’alcool -notamment chez les hommes-en sont les conséquences inéluctables ce qui n’est pas à l’honneur de notre société, élus comme famille confondus.

Effectivement, et si on parlait un peu de la responsabilité des familles et donc des enfants de ces vieux … Certes le vieillissement constant (et donc la perte des capacités progressives de leurs capacités…), l’éloignement (dû à la nécessité fréquente de « sauter la mer » pour trouver du travail …), le caractère (qui va rarement en s’améliorant avec l’âge…), les exigences du vieux (qui vont en s’intensifiant avec les années…Ne dit-on pas qu’on retombe en enfance avec l’âge ?) n’encouragent pas à « le garder à la maison » d’autant que les logements sont de plus en plus coûteux et exigus. …

Les familles ne pourraient-elles pas pourtant-comme on le faisait par le passé- prévoir une petite pièce supplémentaire chez elles pour y héberger leurs parents ? Ceux-ci ne se sont -ils pas occupés voire sacrifiés pour eux toute leur jeunesse et souvent bien au delà ?

Ne méritent-ils pas à leur tour d’être « chouchoutés » ?

A défaut, les enfants ne peuvent-ils pas se relayer auprès de leur parent pour leur apporter soin, écoute et affection ?

Respa-seul constate tristement-alors que nous étions tous fiers à la Réunion de ne pas

avoir laissé nos parents seuls et abandonnés lors des grandes sècheresses récentes en Métropole- que de plus en plus les « vieux » sont délaissés, abandonnés à leur solitude.

L’association a même un mal fou à trouver des « bénévoles » sérieux et assidus pour une simple visite hebdomadaire à un « vieux » de leur ville …. ou pour leur apporter un éclair de joie grâce à un accompagnement en voiture lors d’une sortie « pique nique » pour leur permettre d’enfin communiquer avec leurs semblables.

Etat, Département, Communes et familles doivent donc se ressaisir rapidement si on ne veut pas que la situation se dégrade à vitesse grand V au plus grand désespoir de nos Anciens

Patrice Louaisel,

Président de l’association « Respa-seul »

Tel 0262 58 25 81

Les alternatives à l’incarcération : où en sommes-nous ?

Les alternatives à l’incarcération : où en sommes-nous ?

Constat : Il y a 70% de récidivistes parmi les « sortants de prison » et environ 50% chez ceux passés par une peine alternative… Les prisons sont aujourd’hui saturées avec une fréquentation du double au triple des cellules…

En 2009, la ministre de la justice Rachida Dati propose des peines alternatives. En 2012, Christiane TAUBIRA récidive en proposant un aménagement des peines en raison « du surpeuplement carcéral »

La mise en oeuvre s’avère toutefois plus compliquée que prévu. Ces alternatives selon la loi ne sont permises que pour des peines inférieures à 2 ans de prison ferme.

Par manque de personnel pour les mettre en place et assurer les contrôles indispensables, il y a plus de 6 mois d’attente …mais aussi et surtout la peur des victimes qu’il y ait des dysfonctionnements puisque leur agresseur est en liberté.
Ainsi, en France, il n’y a pas moins aujourd’hui de 90 000 personnes en attente d’application desdites peines.

Quelles sont elles ? : les bracelets électroniques, la semi-liberté, le TIG (travail d’intérêt général » sans salaire )

Au delà de la mise en place individualisée desdites peines, l’exécution pose aussi problème. Il faut en effet l’accord non seulement de l’employeur mais aussi des salariés pour accepter un condamné parmi eux. Dans les faits, seules acceptent et encore avec réticence des petites structures souvent associatives qui ont peu d’heures à proposer… De plus les fraudes sont fréquentes (fausses entreprises, fausses adresses, (souvent adresses de sociétés de domiciliation, faux contrats de travail pour les TIG)

Les bracelets électroniques ont été conçus pour ne pas exclure le condamné de la société environnante.. qui peut ainsi vaquer à ses occupations notamment professionnelles sur des horaires et des circuits prédéterminés. En France, plus de 10 000 condamnés le portent (doublement en 5 ans). Ils reviennent aussi beaucoup moins chers à l’Etat : soit 12€/jour (83€/jour pour un prisonnier)

Le système est lourd à maîtriser et contrôler puisqu’il manque cruellement de conseillers pénitentiaires pour s’assurer du suivi et contrôler le bon
fonctionnement des alarmes régulièrement. Du coup, de nouveaux délits voient le jour (cambriolages, trafic de stupéfiants…). Chaque conseiller pénitentiaire canadien a 30 condamnés à surveiller alors qu’en France chacun d’entre eux en a environ 150…)

Suivons donc attentivement la piste de la réforme Taubira prévue pour le 14 Avril pour voir si des moyens supplémentaires-notamment en personnel- seront accordés pour développer les peines de substitution…dans de meilleures conditions.

Patrice Louaisel

L’IRT remporte un Travel d’Or

La Réunion qui gagne, on ne peut que s’en réjouir. La Réunion qui gagne pour ses paysages, ses hôtels, ses gîtes, ses habitants… A traces le site internet de l’IRT. Les Travel d’Or (trophées des sites préférés des internautes) ont pour vocation, depuis 2009, de récompenser les entreprises du secteur du tourisme qui font la différence sur le web.

L’IRT remporte un Travel d’Or

Hebergeur d'image

« Les oscars, les Césars,…Le cinéma nous fait rêver et récompense ses héros, ses techniciens, ses spécialistes….et le fait connaitre au monde… En vérité, cette magie du grand écran est une somme de talents juxtaposés, imbriqués, associés et transcendés. Les Travel d’Or™ sont les récompenses du petit écran (ordinateur) et mini écran (téléphone mobile) qui, à leur tour, saluent la compétence, la créativité et l’expertise des professionnels du voyage. Et nous le ferons savoir, pour le plus grand bien des professionnels du Tourisme et des internautes…»

Frédéric Vanhoutte,
Président d’Eventiz et créateur des Travel d’Or

Les Travel d’Or (trophées des sites préférés des internautes) ont pour vocation, depuis 2009, de récompenser les entreprises du secteur du tourisme qui font la différence sur le web.
La cérémonie de remise des trophées de la 6ème édition s’est tenue hier soir, à la salle Wagram à Paris.

Sélectionnée parmi plus de 300 sites internet cette année, l’Ile de La Réunion Tourisme s’est vue décerner le premier prix dans la catégorie « Offices de Tourisme » en tant qu’acteur majeur du WEB.

Déjà lauréate en 2012, l’IRT avait obtenu le prix spécial « innovation » du jury pour son application « Visites 360 ». L’IRT a été retenue cette année encore parmi les 5 finalistes de cette catégorie pour sa toute nouvelle application gratuite « Reunion Island ». Des acteurs nationaux du tourisme et des technologies, tels que Jacques Antoine GRANJON, fondateur de vente-privée.com, mais aussi Christian MANTEI, directeur d’Atout France et bien d’autres de renom, composaient ce jury prestigieux. Ces professionnels du voyage ont ainsi salué les compétences de l’île de La Réunion Tourisme en matière de créativité.

Selon Frédéric Vanhoutte, l’île de La Réunion est « la destination la plus geek en usage de communication ».
En complément du vote du jury, ce sont plus de 143 000 internautes qui ont voté, soit + 16 % par rapport au nombre de votants en 2013.
L’île de La Réunion Tourisme remercie les internautes et le jury pour l’engouement dont ils ont fait preuve et qui a permis au site officiel de la destination d’être retenue sur des critères
de choix et de clarté.

Retrouvez-nous sur www.reunion.fr et téléchargez gratuitement nos applications.

Infographie : 2014 : « L’année de l’agriculture familiale »

Infographie :

« L’année de l’agriculture familiale »
Hebergeur d'image

Au travers de cette infographie, nous vous invitons à découvrir en images les principaux défis auxquels l’agriculture familiale doit faire face.

Hebergeur d'image

Cette infographie est parue dans Résonances, mensuel d’informations citoyennes réalisé par des jeunes militants : retrouvez ici les autres articles de ce numéro ou recevez Résonances chaque mois en vous abonnant. Pour des informations quotidiennes, venez découvrir notre page Facebook !

Une épicerie sociale et solidaire a vu le jour au Tampon

Hebergeur d'image

Bonjour,

UNE ÉPICERIE SOCIALE ET SOLIDAIRE a vu le jour au Tampon.

Elle s’appelle FAM (Fondation André Malet)

Sise au 123, rue ALVERDY, 97430 TAMPON.

Une épicerie sociale et solidaire apporte une aide, principalement alimentaire, à un public en difficulté économique, fragilisé ou exclu. Dans un espace aménagé, en libre-service accompagné, elle met à disposition de leurs usagers des produits variés et de qualité, moyennant une faible participation financière.

L’épicerie sociale et solidaire est le support privilégié à la réinsertion sociale autonome et durable de ce public, au travers d’ateliers d’accompagnement innovants.

Je compte sur vous pour en être membre : cotisation annuelle de 30 €.

Adressez votre chèque à l’ordre de FAM à l’adresse ci-dessus.

Vos cotisations ou dons sont défiscalisables.

Je compte également sur vous pour donner un coup de main.

Contactez-moi au 0693.13.44.09

Bientôt sur Facebook et sur les médias locaux pour plus d’infos.

Atelier « expression de soi par le Théâtre » au Tampon sur 1 week-end/mois

Vous avez toujours voulu faire du théâtre mais le public vous effraie ? Vous aimeriez exprimer des tas de choses mais vous ne savez pas comment ?

La FNCTA vous propose tout au long de l’année des stages de théâtre indépendants les uns des autres, en toute convivialité, au Tampon.

L’expression dramatique est un outil de développement personnel puissant, permettant à chacun de révéler sa propre créativité sans pour autant se confronter au public.

Par le biais d’ exercices issus de la technique de formation du comédien (commedia dell’arte, jeu de clown, méthode Stanislawski notamment) axés sur la gestualité, les mots, le corps, la voix, chacun sera amené à prendre conscience de sa propre dimension créative et à libérer son émotion pour mettre en jeu sa voix intérieure

La démarche de travail comporte 3 temps :

- un temps d’exercices basés sur l’écoute, la concentration,

l’ imaginaire, l’exploration vocale et corporelle, les émotions, …

- un temps de jeu en improvisation

- un temps de retour sur sa propre démarche de création

les stages du théâtre R au Tampon 12ème vous offrent un parcours d’exploration artistique privilégiant l’écoute de soi et de l’autre.

—————-

Les stages seront animés par Olivier Martin, comédien et metteur en scène à la Réunion.

Apres avoir travaillé avec différentes compagnies théâtrales (Lille, Rennes, Paris, Montréal ….), Olivier Martin s’est installé à la Réunion en 2002 où il poursuit sa carrière de metteur en scène et d’auteur.

Son parcours : « Varsovie 42 » de O. Martin (sélection nationale au Festhéa de Tours – 2008), « Les aventures aventureuses de Don Quichotte de la Mancha » de O.Martin (1er Prix au festival de théâtre de St Pierre – 2009), « Le mal de mère » de P-O Scotto (prix festival theatre de St Pierre, selection Komidi de St Joseph et sélection nationale au Festhéa de Tours – 2009), « Femm y command pas z’homs ! » de O.Martin, avec les résidents du foyer Albert Barbot de St Pierre (Prix Kalikoker de St Pierre 2010), « Les étonnantes rencontres de Mme Patapin et de Mme Pichevin » (Prix Kalikozelle 2010 et sélection au festival « Côté cour, Côté Loire» à Cheverny 2011) , “From the wild west” de O.Martin (Prix Kalikodarzen 2010, sélection nationale FNCTA de Narbonne – 2011, sélection au festival de Grasse 2012), « Sarah » de E.E. Schmitt (sélection Komidi de St Joseph – 2013))

Olivier Martin a été formé en théâtre.

- à la méthode Stanislawski avec la « cie du monde perdu » de Lille,

- au clown-théâtre avec la cie Bataclown de Toulouse,

- au jeu de Commedia dell’arte avec Carlo Boso à l’école internationale des arts du spectacle,

- au théâtre de rue avec la cie Générik Vapeur de Marseille,

- au jeu d’improvisation avec la Ligue d’Improvisation de Montréal.

———————-

Fréquence : 1 Week-end par mois

(Les Week-end sont indépendants les uns des autres)

Horaires : Samedi de 14h00 à 17h30

Dimanche de 10h à 17h30

Pique-nique sur place

Coût du stage par personne : 60 euros par Week-end

Lieu : Théâtre R au Tampon 12 km

Dates : 9-10/11, 14-15/12, 11-12/01, 8-9/02, 8-9/03, 12-13/04, 10-11/05

Nombre de places limitées à 8

Contact et inscription :

sabbatta@zeop.re

0692 65 50 39

Votre inscription ne sera actée qu’à la réception d’un chèque de 60 euros avec précision de date, tél et e-mail à l’ordre de :

FNCTA 4 impasse Collardeau 97430 le Tampon

Baisse significative d’espérance de vie des 46 000 aidant familiaux de la Réunion

Plus de 46 000 Aidants Familiaux sur la Réunion en 2013
et un constat alarmant : la baisse significative de leur espérance de vie !

Peu informés, isolés, non reconnus et pourtant chaque jour ils sont aux côtés des Réunionnais et pratiquent des gestes professionnels indispensables

Ce dimanche LOCA’TERRE vous offre un reportage émouvant où l’on apprend à connaître et porter un regard différent sur les aidants familiaux, ces femmes et ces hommes si peu connus et reconnus
investit dans une démarche solidaire souvent épuisante physiquement et moralement.

“Aidons ceux qui aident”…

Depuis 3 ans, les Caisses Réunionnaises Complémentaires organisent une semaine pour informer, écouter, aider et offrir un moment d’échanges avec les aidants familiaux; ces femmes et ces hommes qui, chaque jour, sont aux côtés des Réunionnais et prennent le relais des hôpitaux et des maisons de soins.

Ils sont formés aux gestes professionnels mais ne sont pas reconnus comme tels.
Ils se sentent isolés et souffrent du peu de reconnaissance que nous leur portons
et pourtant ils ne laisseraient leur place à personne d’autres…

Un reportage pour les découvrir, les écouter
et comprendre le rôle fondamental qu’ils jouent dans l’économie solidaire de notre île…

dimanche 8 Septembre à 17H00 sur Réunion 1ère !

Merci à tous les intervenants qui ont contribué à cette belle émission

http://www.facebook.com/Agence.21.Degres.Sud
http://www.nexboo.com/#profil/2927228
https://twitter.com/#!/21SUD
http://fr.netlog.com/21SUD

Pour une société plus humaine et plus solidaire où on ne parle plus d’argent et de profit : le S.E.L « Système d’Echange local » !

Depuis toujours les sociétés se sont organisées autour d’échanges divers, la forme la plus simple étant le TROC : tu repeins ma cuisine, je répare ta voiture…

L’introduction de la monnaie, plus facile d’emploi, plus anonyme aussi détrôna vite ce moyen d’échange. Pourtant le système monétaire, s’il a un côté pratique, a aussi ses défauts. En effet, si la monnaie a été inventée pour favoriser les échanges, elle les empêche aussi souvent. Dans cette période de crise économique, nombreuses sont les personnes qui par manque d’argent, ne peuvent plus échanger.

C’est plus particulièrement le cas des chômeurs, éremistes, étudiants, ou retraités. De plus, ce système a été peu à peu détourné de sa vocation initiale puisqu’il sert de moins en moins aux échanges. En effet, selon les chiffres publiés par la Banque Mondiale, seulement 5 % de la monnaie existante dans le monde est utilisée pour des échanges réels… Les 95 % restant étant utilisés uniquement à des fins spéculatives.

Inventés sous leur forme actuelle, dans les années 80 par le canadien Michael LINTON, les L.E.T.S (Local Exchange Trading System), S.E.L.S en français se sont développés dans de nombreux pays, alimentés par la crise économique qui sévit et s’amplifie partout. La France s’y est mise en 1994, la Réunion en 1996. En 5 ans, plus de 400 S.E.L.S se sont crées sur l’ensemble du territoire français. Leur création part d’une constatation évidente : il n’y a pas forcément besoin d’argent pour échanger.

Ensuite, le principe est simple, le S.E.L. met en relation demandeurs et offreurs d’objets, de services ou de connaissances grâce à des annonces diffusées par un bulletin interne. Quand une annonce intéresse quelqu’un, il s’arrange avec l’offreur ou le demandeur, sur la valeur (en grains de sel pour nous) du service ou du bien échangé puis chacun remplit un coupon d’échange qui permettra au “Trésorier en grains de sel” d’augmenter ou de diminuer du montant de l’échange “le compte” de l’offreur ou du demandeur. Lire la suite de cette entrée »

Catégories
Archives